La communication non violente

La Communication Non Violente nous apprend à diriger notre attention.

La CNV repose sur une pratique du langage qui renforce notre aptitude à conserver nos qualités de cœur, même dans des conditions éprouvantes.

Les mots ne sont plus des réactions routinières et automatiques, mais deviennent des réponses réfléchies, émanant d’une prise de conscience de nos perceptions, de nos émotions et de nos désirs. Nous nous exprimons alors sincèrement et clairement, en portant sur l’autre un regard empreint de respect et d’empathie.

La CNV aiguise notre sens de l’observation et nous incite à identifier les comportements et les situations qui nous touchent. Nous apprenons aussi à définir et à formuler clairement ce que nous souhaitons dans une situation donnée. Pour élémentaire qu’elle paraisse, cette démarche est un puissant moyen de transformation.

En déjouant nos vieux schémas de défense, de retraite ou d’attaque, la CNV nous amène à une perception neuve de nous-mêmes et des autres, et aussi de nos intentions et de nos relations.

Elle modère les réactions de résistance, de défense et d’agressivité. En effet, lorsqu’ au lieu de critiquer et de juger nous sommes attentifs à ce que nous observons, ressentons et désirons, nous découvrons l’ampleur de notre propre bonté naturelle. Parce qu’elle privilégie la qualité de soi et de l’autre, la CNV suscite le respect, l’attention et l’empathie.

Je n’ai jamais vu d’homme paresseux ;
J’ai connu quelqu’un que je n’ai jamais vu courir,
Quelqu’un qui dormait parfois l’après-midi et préférait rester chez lui lorsqu’il pleuvait.
Mais ce n’était pas un paresseux.
Avant de me traiter d’originale, réfléchis :
Etait-il paresseux ou faisait-il des choses que nous associons à la paresse ?

Je n’ai jamais vu d’enfant stupide ;
J’ai vu parfois un enfant faire des choses que je ne comprenais pas ou que je n’avais pas prévues.
J’ai vu parfois un enfant qui n’avait pas vu les lieux que j’avais visités,
Mais ce n’était pas un enfant stupide.
Avant de le dire stupide, réfléchis :
Etait-il stupide ou savait-il simplement d’autres choses que toi ? …

Ce que certains nomment paresse, est pour d’autres de la fatigue ou de la détente.
Ce que certains nomment bêtise, est pour d’autres un savoir différent.
J’en conclus que, pour échapper à la confusion,
Mieux vaut ne pas mélanger, ce que nous voyons et nos opinions.
Et cela je le sais, n’est que mon opinion.


Extrait d’une chanson de Ruth Bebermeyer, dans le livre Les Mots sont des fenêtres de Marshall B.Rosenberg - Introduction à la Communication Non Violente.

Contactez-moi pour un premier entretien téléphonique gratuit : 06 70 84 59 18

La CNV

La CNV nous engage à reconsidérer la façon dont nous nous exprimons et dont nous entendons l’autre.

La CNV

« Selon le philosophe indien J. Krishnamurti. Observer sans évaluer est la plus haute forme de l’intelligence humaine. »


06 70 84 59 18
MENU